Patrick Bringer – Interview

0
1319

Patrick Bringer le façonneur de talent.

Après une belle carrière en triathlon et en trail, Patrick Bringer le natif du Puy en Velay consacre désormais une bonne partie de son temps libre à entraîner des sportifs de tous horizons, traileurs, demi-fond, triathlètes. Découvrez en ces quelques lignes comment un homme transmet sa passion au quotidien.

  1. Bonjour Patrick, après 17 années de triathlon une deuxième place à Embrun en 2007 et des podiums à Nice vous vous êtes tourné vers le trail avec réussite, pouvez-vous vous présenter aux lecteurs ?

Bonjour à tous, j’ai 41 ans (je penche pour une erreur de l’état civil, j’ai sûrement moins…), marié à Marielle depuis 17 ans et je suis l’heureux papa de 3 enfants sportifs (14, 14 et 8 ans). J’ai pratiqué l’athlétisme loisir et le football jusque 16 ans, ensuite 17 ans de triathlon sérieusement avec en effet 3 podiums à Embrun et deux à Nice, des beaux souvenirs car réalisant en bossant normalement, une fierté ! 6 ans de Trail plaisir avec les copains ponctué par un titre de champion de France et deux médailles de bronze aux Mondiaux (2011 et 2015). Hors sport je suis enseignement en REP + en Histoire Géographie. J’assure la formation d’un groupe de benjamins/minimes en demi fond, j’entraîne en local en trail, à distance une dizaine de triathlètes et une quinzaine de Trailers. Bref je suis bien occupé…. mais j’adore justement cela. J’ai arrêté la compétition mais je maintiens une pratique régulière 4 à 6 fois par semaine.

2. Aujourd’hui nous nous intéressons plus particulièrement au Coach Bringer, vous-entraînez depuis plusieurs années maintenant, comment avez-vous commencé ? Qui vous a inspiré ?

J’entraîne depuis mon adolescence, école d’athlétisme puis en local. J’ai ensuite crée et assuré la présidence d’un club FFA, le Beaumont Athlétique Club tout en entraînant aussi. J’entraîne des trailers et triathlètes depuis 15 ans de façon plus soutenue dont plusieurs sont professionnels. J’ai toujours eu cette fibre, j’adore transmettre, motiver…. j’ai un bon feeling avec ça et j’adore vraiment ça. C’est plus qu’une passion. Personne ne m’a spécialement inspiré même si j’aime bien certains coachs de tous sports : C.Onesta, Benoit Nave, P Lucas, F Madaci, P Propage en trail…. en triathlon Patrick Dréano faisait du très bon taf’ en son temps, j’apprécie aussi le travail mené par R Malhairou qui me semble excellent, je pense que L Vidal aurait été un immense coach…. au plan local Jef Pontier m’apporte beaucoup de son expérience en athlétisme. La réussite atypique de C Fleureton m’a aussi fait réfléchir, bref je pense être très ouvert.

3. Quelles sont les qualités requises pour être entraîneur ? Etes-vous diplômé ?

Il faut aimer donner, donner, avoir une bonne psychologie surtout…. être sûr que l’on peut mieux faire, avoir des certitudes mais les remettre sans cesse en cause, être curieux…. Je suis diplômé en effet, en particulier en athlétisme 3ème degré HS, j’assure d’ailleurs les formations pour les entraîneurs FFA en Trail au niveau national et je donne pas mal de conférences/colloques sur ce thème. J’adore cela car cela se rapproche de mon vrai métier que je conserve et dans lequel je m’épanouis beaucoup également, c’est un bel équilibre.

4. Vous entraînez des trailers et triathlètes dont le champion du monde 2015 Cyril Viennot ? Qui sont les triathlètes sous vos conseils ?

En Trail, Triathlon, Duathlon avec ma structure 2EP nous avons eu la chance d’obtenir près de 15 médailles en championnat officiel et plusieurs titres mondiaux dont Cyril en effet depuis 6 ans. J’entraîne aussi Etienne Diemunsch, Guillaume Jeannin côté pros, plusieurs GA qui sont déjà qualifiés à Kona (Stéphane Lebon, Michel Morret….) où qui visent la qualif (Lionel Le Strat…). Quelques demoiselles brillantes aussi Estelle Marie Kieffer, Virginie Dal Toso, Stéphanie Reymond mais toutes actuellement en stand by pour des raisons perso ou de santé. Côté Trail j’ai la chance d’entraîner depuis 2010 Nico Martin vice champion du Monde l’an passé et un groupe de très forte densité.

5. Le triathlon comprend trois disciplines comment adaptez vous vos plans par rapport à un traileur de votre groupe par exemple ?

Je n’ai aucune formule type et je pense que c’est la clef de la « réussite », juste quelques « dadas » et après comme je n’ai pas trop d’athlètes je m’adapte vraiment à eux en nouant avec eux des rapports amicaux, je ne peux que fonctionner ainsi. Je vis le truc…. les triathlètes s’entraînement plutôt 10-15h pour les GA, 22-35h pour les pros, en Trail on est sur 5-6h et 15-20h. Mais je fais rouler tous mes traileurs, en fait les bases sont les mêmes : travail, rigueur, plaisir, groupe.

Patrick Bringer : BORNUS est bien le seul Dieu qui récompense toujours ses adeptes les plus fidèles.

6. Quels sont vos conseils pour réussir en Triathlon ?

Nager tôt ! Pour le reste aimer profondément s’entraîner, réfléchir à ses propres besoins. Alterner des cycles et ne pas tout faire en même temps.

7. FCM, VMA, Seuil, Watt, comment tenez-vous compte de ces différents facteurs d’analyse pour programmer un athlète à atteindre ses objectifs ?

FC non jamais ou presque. VMA oui je ne bosse qu’avec cela à pied ainsi que le seuil bien sûr, ce sont les piliers du travail pédestre. J’utilise les watts en appui bien sûr mais je reste persuadé que les ressentis de l’athlète restent le meilleur guide, je ne suis pas trop technologie mais plutôt pragmatique. Je préfère à tout cela les notions de travail, rigueur, groupe, partage et plaisir qui sont le vrai ciment de la perf’

8. Et en ce qui concerne la récupération, la nutrition ?

La récupération je ne crois pas aux différents gadgets, le sommeil est la P1. La nutrition est l’une des clefs de la bonne santé et donc de meilleurs perfs. Ce sujet me passionne et je dévore toutes les publications de l’ami Anthony BERTHOU.

9. Quels sont tes prochains challenges ? entraîneur et athlète.

Athlète rien du tout, maintenir 4-6 fois semaine et continuer de toucher Fcmax chaque mardi lors de la VMA du mardi que je ne louperai pour rien au monde….. entraîneur énormément : mettre Cyril sur la boîte à Kona, sous les 8h à Roth, faire gagner Embrun à Etienne, l’amener à Kona, dynamiser encore mon groupe de demi fond jeune, retrouver des mômes dans 10 ans qui me diront que leur ai donné la passion de courir et du sport…. vivre encore de fabuleuses aventures humaines. Je n’ai eu que très peu de déceptions dans l’entraînement, je donne beaucoup mais je reçois au centuple. J’ai une chouette vie et je savoure cela à 200% chaque jour qui passe.

En conclusion, beaucoup de limites sont dans la tête…. chaque année beaucoup de mes gars me disent « je ne croyais pas que c’était possible…. » une sacrée récompense ça ! Bref bosser très dur BORNUS est bien le seul Dieu qui récompense toujours ses adeptes les plus fidèles;-) !!!

En Bonus Patrick Bringer nous dévoile les plans d’entrainement de Cyril Viennot à comparer avec le traileur Nico Martin.

CYRIL VIENNOT : Du 6 au 12 février

 

Dominante vélo-aéro

 

Vol indicatif

36-38h

 

N

 

+- 7h

 

 

V

 

+- 22h

 

 

 

C

 

+- 6h

 

 

PPG-MUSCU 1h30′

 

L : semi repos

 

OUI CLUB*

 

5-6kms

 

1h à 1h30′ PP +  PPG axé gainage, voir programme.

 

 

 

 

M  : 

 

 

 

OUI CLUB

 

5-6kms

4h end libre, sensations + séance streching doux

 

25′ end

Gammes soignées durant 15-20′ (gammes athlé, coordination course arrière, educs coordinations, escaliers….)

10 lds fortes (vite relâché placé) r=50m marche

 

Me :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2h30′ matin avec avec dans une belle bosse, 3*15′ sur ce mode → 10′ muscu, 40-50 rpm et watts Half + 4′ seuil + 1′ PMA

r=10′ minimum

 

 

ET

 

PM

2h end tempo doux (50-60% PMA régulier)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

+ … 1h en souplesse

J : OUI CLUB

 

5-6 kms

 

 

40′ end légère + streching

 

ET

 

Mixte

3*(3 kil en 9’45 » environ r=2′ + 5*30 » sup VMA mais restant bien fluide – 30 » trot) r=5-6′

 

V : OUI CLUB

 

4-5kms

 

 

 

2h avec 10*(20 cdp, watts max ET tout à droite, varier positions départ → assis, danseuse, position tri…. + 3′ > 125 rpm et 60 à 75% PMA + 2′ en douceur)

 

Si possible peu après la muscu c’est parfait.

 

 

45′ end + PPG axé muscu, voir programme.
S :  

 

4h end groupe

 

ET

 

1h30-45′ matin ou PM selon autre séance avec dedans 15-20 kms chrono vélo max

+ …

 

 

 

 

 

… + 10′ souple + 30*40 » v Half haute maîtrisée (3’25 »-30 ») – 20 » trot + 5′ souple

D : 

 

Open water en continu type 45-50′ en alternant celui qui même mais sans pousser (entre allure IM et le souple)

 

4h très vallonné, chaque bosse réaliser ½ mucu, position varier sans négliger danseuse, 40-50 rpm ET 70-75% PMA + autre ½ bosse même watts.

+ ….

 

…. + direct 40-45′ VIM haute (15-16 km/h) le plus fluide possible.

 

 

 

NDLR : Cyril finira 3ème de l’Ironman New Zeland à l’issue de ce plan avec un marathon en 2h43′ et une belle lutte avec Cam Brown.

 

 

NICO MARTIN : Du 11 au 17 avril

 

Entraînements

 

Remarque : W prépa Transvulcania
L :  Semi repos 2h vélo lent et plat ou 1h idem + gainage complet + vraie séance ets doux

 

M : 1h45′ avec Train plat

4*20′ cool relâché vers 17 km/h r=2′ marche (boire)

 

Vélo ou ski de fond 2h30′ end vallonné

 

 

 

Me : 1h30′ lipolyse jeun, très très lent

 

HT seuil : 2*20′ entre 75 et 80% PMA r=10′ très souple précédé ET suivi de 30′ footing cool

 

 

 

 

 

 

J : Vélo long 5-6h en rythme régulier mais restant facile.

 

 

 

 

V : 25′ (10′ lent – 10 moyen – 5′ actif) + 4*(1 tour PPS trail + 5′ train plat 15-16 km/h fluide) enchaîné continu

 

Vélo 2h avec total cumulé de 40-45′ en muscu (par ex 3 bosses de 15′ ou deux plus longues, bien alterner assis et danseuse) + ets doux

 

 

 

 

S : 45′ end

Navette dans un pur pentu 3h

Obj taquiner 3000D+

Max bosse 15′

 

 

Vélo idem lundi

 

 

 

D : W excentrique 2h avec dedans 3*400 à 500D- à fond r= remonteée marche + bâtons.

 

PM : repos

 

Bref un Trailer pro ne chôme pas non plus…. ! Nico finira à une incroyable 2ème place de la Transvulcania après une lutte épique avec Luis Hernando Alberto futur champion du Monde ? 1er Français sur la « boîte » de cette course.

PARTAGER
Article précédentMaël Cornic – Interview

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE